Le Train Vapeur du Beauvaisis

En 2017, la ligne du Train Vapeur du Beauvaisis ouvrira son exploitation. Vous pourrez circuler sur 1,7km de voie à bord d’un train historique classé monument historique.

Rendez vous sur la page d’ouverture pour vérifier les jours de circulation et sur la page de réservation pour réserver vos places.

Depuis sa création en 1976, le MTVS a pour vocation de faire vivre la collection qu’il restaure, en transportant les visiteurs dans ses rames de la fin du XIX ème siècle. La mise aux normes de tous ces matériels, que ce soit les voitures pour les voyageurs, les wagons à marchandises, et particulièrement les locomotives à vapeur, implique un gros sacrifice de temps pour arriver à ce que le musée offre aujourd’hui. La récompense des bénévoles est de conduire ces rames et de voir sur le visage des visiteurs la surprise de cette rencontre d’un autre temps.

En 2007, à Butry sur Oise, un éboulement sur notre courte ligne nous ampute de plus de 500 mètres.  Il est temps de réagir, près d’une dizaine de projets seront étudiés avec l’idée de faire évoluer nos rames et de les mettre en valeur. Suite à une indication d’un amateur de l’Oise, nous apprenons qu’une ex-ligne SNCF vient d’être rachetée par les communautés de communes riveraines avec pour idée première d’y créer un vélorail.

Les contacts sont pris et, après quelques balbutiements et une démonstration à Saint-Omer en Chaussée en grandeur réelle sur 350 mètres de voie posés spécialement (2000 visiteurs en 2 jours), nous avons décidé de commencer l’implantation d’une «antenne  MTVS» à Crèvecoeur-le-Grand, l’autre terminus de la ligne nous le permettant de suite.

Cette ligne a vu ses derniers trains réguliers en 1990, les voies sont restées en place, le paysage y est varié, rappelant le site actuel, avec un fond de vallée et une rivière à truites.

Jusqu’en 1957, Crèvecoeur-le-Grand a également été la gare de correspondance entre la SNCF et un réseau en voie métrique qui allait jusqu’à Saint-Just en Chaussée. Heureux hasard des choses, notre collection possède une locomotive qui a circulé sur ce réseau jusqu’à sa fermeture, une 130 T SACM de 1924 (en attente de restauration).

En juillet 2013, une convention est signée avec la commune pour la mise à disposition d’un terrain, sur lequel il reste les murs d’un ancien hangar à engrais d’environ 2000 m². Le terrain est une friche et en octobre 2013, après l’ouverture d’un accès par un broyeur de la commune, il faudra 4 journées de travail pour venir à bout de la végétation. Ce qui nous permettra ainsi de découvrir l’ancienne fosse du dépôt en voie métrique de l’ancien réseau secondaire.

L’achat d’une pelle mécanique s’est vite avéré indispensable afin d’éviter les interventions coûteuses d’entreprises extérieures et nous laisser la liberté de travailler dès que l’on est disponible.

Des rails et des traverses seront livrés, des aiguilles données par une association amie (cédées et approvisionnées), ainsi que du ballast, et finalement quelques jours avant la fin 2013, la première aiguille sera posée.

L’avenir est de continuer à poser des voies. Dès la construction d’un toit sur le bâtiment, une rame voyageurs y sera domiciliée toute l’année. Puis, avec l’accord du Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés (STRMTG) dont nous dépendons au niveau sécurité, nous réhabiliterons la voie sur 1,7 kilomètre (ce que nous n’avons jamais eu à Butry), jusqu’au premier passage à niveau. La deuxième phase, 1,3 kilomètre plus loin, sera de rejoindre la gare de Rotangy, ce qui nous fera 3 kilomètres de voie. Le but étant bien évidemment de rallier Saint-Omer en Chaussée terminus de la ligne (12 kilomètres) en correspondance avec la ligne SNCF Paris-Le Tréport.

 

Vous pouvez suivre l’évolution du chantier sur cette page.

Translate »